Lutte contre la désertification

du discours à l’action :

un développement agricole durable au Sahel

Action humanitaire SOS Enfants au Burkina Faso

Pour assurer aux enfants d’Afrique un avenir dans leur propre pays, sur la terre de leurs ancêtres, SOS Enfants vous propose de vous engager à ses côtés dans un véritable projet de développement agricole durable au Burkina Faso.
Développement agricole durable et bocage sahélien au Burkina Faso
Le Burkina Faso, l’un des pays les plus défavorisés du monde, dont le nom est souvent associé à sécheresse et famine, se situe dans le centre de la boucle du fleuve Niger. Complètement enclavé, il appartient à la zone soudano-sahélienne de l’Afrique.

Ce pays connaît de graves problèmes dûs à la sécheresse et à la désertification dont les effets mettent en péril la vie du pays en tant que réalité humaine et physique.
Les paysans, qui représentent 85 % de la population, sont les premiers à en subir les conséquences.




La désertification


La dégradation de l’environnement s’est accentuée ces trente dernières années et a conduit à une désertification intense. Les paysans découragés abandonnent leurs terres stériles et fuient leur village. Développement agricole durable et bocage sahélien au Burkina Faso
L’homme a sa part de responsabilité dans cette situation.
La coupe abusive du bois, les feux de brousse utilisés comme moyen de défrichage, la surexploitation des sols conjugués à la sécheresse provoquent une raréfaction de la végétation.
Une importante érosion en résulte : les pluies torrentielles ravinent les sols dénudés, le vent et le soleil les assèchent, conduisant à l’appauvrissement des terres et à une chute considérable des rendements.
Devenues stériles, ces terres, faites de latérite, ne permettent pas l’infiltration de l’eau lors de la saison des pluies. Toute culture devient impossible, un cycle infernal s’installe dès lors.
C'est ainsi que, confronté à un grave déficit agricole, le pays a connu ces dernières années les plus grandes famines de son histoire.

Engagée dès le premier jour aux côtés de l’association locale AZN - Association Zoramb Naagtaba (Les Amis Réunis), SOS Enfants intensifie son implication dans un vaste programme de développement rural incluant une action intense de refertilisation des sols et de reforestation à Guié, dans le département de Dapelogo, province d’Oubritenga.



Développement agricole durable et bocage sahélien au Burkina Faso

Vers un bocage sahélien


Les expérimentations menées ces dernières années au sein de la ferme-pilote créée à Guié par l’AZN démontrent que seul un embocagement massif des terres peut stopper l’avancée de la désertification. Développement agricole durable et bocage sahélien au Burkina Faso
Ce même travail d’embocagement a fait ses preuves en Normandie qui n’était pas la région fertile qu’elle est aujourd’hui. C’est l’homme qui, au cours des siècles, a créé le bocage afin de protéger les terrains de l’érosion.

Cette technique d’embocagement consiste à délimiter les champs par des talus ingénieusement entourés d’une haie vive, elle-même constituée d’épineux impropres à la consommation des animaux. A la base de ces talus ou diguettes sont creusées des tranchées qui favorisent l’irrigation naturelle des champs et empêchent l’érosion des sols et la perte de l’humus. développement agricole durable et bocage sahélien au Burkina Faso

Constituant un rempart contre les eaux de ruissellement lors des pluies diluviennes, ces haies et ces diguettes assurent une protection contre le vent qui assèche les terres et favorisent le réapprovisionnement des nappes phréatiques par la pénétration des eaux dans le sol.

De plus, des mares ou « bullis » sont creusées au point bas de chaque parcelle. Elles constituent des retenues d’eau intensifiant ce phénomène d’infiltration.

Les haies vives permettent également de créer des espaces clos pour délimiter d’un côté les cultures, de l’autre le pâturage pour les animaux. développement agricole durable et bocage sahélien au Burkina Faso

Encadrés par l’équipe de l’AZN, les paysans réalisent eux-mêmes l’aménagement de leurs propres terres. Pour ce travail de « titan », accompli sous une chaleur écrasante, chacun perçoit une indemnité journalière inférieure à 1 euro qui lui permet de survivre en attendant les premières récoltes.

Conscients de la chance d’offrir à leurs enfants un avenir sur place, plusieurs groupes de paysans d’autres villages désireux d’aménager leurs terres ont fait connaître à l’AZN leur volonté de participer à ce programme de développement.

Chaque année, de nouveaux périmètres sont aménagés, 130 hectares supplémentaires sont sur le point d’être achevés. Déjà, le prochain périmètre est à l’étude.




Histoire de la renaissance d’une terre


La participation active des paysans est le gage de la pérennisation des espaces aménagés.
Constitués en Groupement Foncier, les paysans proposent un périmètre à aménager et déposent une caution symbolique d’engagement auprès de l’AZN. La technique en photos


Le travail commence, avec les paysans, par la construction de diguettes en terre, en suivant les courbes de niveau.

Grâce à ces diguettes, l'eau de pluie reste dans les champs et s'infiltre progressivement au lieu de ruisseler. La diguette est confectionnée avec la terre retirée d'une tranchée de 40 cm de large et 30 cm de profondeur qui constituera la base de la future haie vive.

Cette haie a, en outre, d'autres avantages : fourniture de bois de chauffe, production de fruits à partir desquels on pourra produire du savon et un substitut du pétrole, ...

la technique en images





La garantie :

le transfert des compétences
de la Ferme Pilote vers les paysans



L’équipe de la ferme-pilote issue des villages concernés a été formée aux techniques préconisées. Elle est maintenant un bon relais auprès des paysans pour témoigner du bien fondé de la reprise de ces techniques anciennes et abandonnées.

Pour permettre de meilleurs rendements, des formations à des méthodes de culture spécifiques sont dispensées aux paysans volontaires :

- La méthode Zaï et l’utilisation du compost sont des techniques traditionnelles pour remettre en culture les terrains dégradés ou augmenter leur rendement en céréales.

développement agricole durable et bocage sahélien au Burkina Faso Le Zaï correspond à une trouaison de 30 cm de diamètre sur 20 cm de profondeur. Les trous, distants de 0,9 m, sont creusés en saison sèche.
Un ou deux mois avant le début de la saison des pluies, les paysans mettent 300 gr de fumier dans chaque trou recouvert ensuite d'une mince couche de terre.

Aux premières pluies, l'eau se concentre dans les cuvettes que forme le Zaï.
Celles-ci sont ensemencées dès qu’elles ont reçu assez d’eau.
L'humectation du sol par les premières pluies et les matières organiques favorise la prolifération des termites qui vont creuser des trous dans le sol et donc améliorer l'infiltration des pluies et l'enracinement des cultures.

- La technique du jardin paillé :
en début de saison sèche, le terrain est recouvert d’une épaisse couche de paille qui conserve l’humidité du sol.


L’adoption de ces techniques a permis de rompre avec les habitudes de la culture sur brûlis aux conséquences si néfastes à l’équilibre des écosystèmes.

... et la terre reprend vie ...







L’aménagement d’un hectare (10 000 m2) revient à environ 450 euros.
Il s'agit d'un unique investissement,
les paysans entretiennent ensuite ces réalisations
dans le cadre de leurs activités agricoles régulières. développement agricole durable et bocage sahélien au Burkina Faso
participer au développement agricole durable au Burkina Faso

Engagez-vous
avec SOS Enfants dans cette action de développement durable au Burkina Faso.

Participez à ce projet qui permettra à la population de prendre en main son propre avenir pour vivre dignement avec ses enfants sur les terres ancestrales.



L'AZN - Association Zoramb Naagtaaba

Ferme Pilote de Guiè
Agenda 2009   Agenda 2008   2007   2006
Rapport d'activité 2006   2005   2004

Renaissance d'une terre
Programme de développement agricole
Lutte contre la désertification
Aménagement d'un périmètre
Méthode de refertilisation des sols
Technique d'embocagement, les photos

Données pluviométriques enregistrées à Guiè

CIER
Centre d'Instruction et d'Education Rural

Scolarité des enfants de la région de Guiè
Construction de l'école Guiè B
Des cours d'été pour la remise à niveau des enfants


L'Association TenKeega à Goèma

Ferme Pilote de Goèma
Agenda 2011 Ferme Pilote de Goèma
Activités Goèma 2010
Activités Goèma 2009

Volet Santé de l'AZN
Poste de Santé Primaire de Guiè
Construction d'une maternité

Les Ecoliers de Guiè

La Ferme Pilote
News du mois

AZN, les archives






Parrainer un écolier de Guiè
Parrainer un collégien de Guiè
Offrir un cadeau aux enfants

Participer à l'aménagement d'un périmètre bocager




Actions SOS Enfants - le parrainage d'enfants, comment ? SOS ENFANTS

8, rue du Château des Rentiers
75013 - Paris
Tél : 01 45 83 75 56
Fax : 01 45 85 53 60


Association loi 1901 reconnue d'utilité publique

SOS Enfants Aider sans Assister SOS Enfants Parrainages d'enfants SOS Enfants Offrir un avenir aux enfants du monde SOS Enfants pour un développement durable en faveur de l'enfance dans le monde SOS Enfants Parrainages d'enfants SOS Enfants

SOS Enfants est membre de la Fédération La Voix de l'Enfant

Copyright SOS Enfants

Association humanitaire au service de l'enfance dans le monde Les nouvelles de SOS Enfants Partager sur Face Book Partager sur Twitter Ajputer un favori sur Google