Rapport MEDICAP juin 2005
Gérard Fayette - Fidolin ANDRIANASOLO

action de santé action Médicap dans les prisons malgaches
Les actions entreprises
dans les prisons du Sud-Est de Madagascar
janvier 2005 à juin 2005



Grâce aux actions conjuguées tant pour la Santé que pour les autres secteurs dont nous avons la charge, il est aisé de constater une amélioration sensible de la situation à chaque nouveau rapport.

Nous avons inauguré dans la prison de Mananjary le nouveau bloc sanitaire comprenant douches, toilettes et bornes fontaine, avec une vraie fosse septique. Programme Médicap dans les prisons malgaches

Cet événement a eu lieu le 17 mars 2005 en présence du Directeur général de l’Administration Pénitentiaire représentant la Ministre de la Justice, empêchée par une grève des magistrats, de Monseigneur l’Evêque du diocèse, du Chef de Région, du Sénateur, du représentant de l’Association AMAR et des autorités locales. En raison de la pluie, l’inauguration a été célébrée au Jardin de la Mer où les personnalités présentes ont pu exprimer leur satisfaction de voir enfin cette prison devenir plus humaine.

Nous tenons ici à remercier les protagonistes, AMAR et SOS Enfants, qui ont financé pour moitié chacun ce projet réalisé sous la responsabilité de Nicolas Zimmer, coopérant de l’AFVP, malheureusement reparti en France après deux années passées à Mananjary.

Dans cette même prison, un second bâtiment a été construit et financé par le Père Czeslaw, Aumônier Catholique de la prison. Cette construction permet d’accueillir une pièce réservée aux consultations, une infirmerie avec douche et WC ainsi qu’une chambre réservée aux détenus contagieux.

Nous constatons aussi que le CICR (Comité International de la Croix-Rouge) continue ses actions dans tous les domaines, notamment dans le cadre d’ une réhabilitation importante de la prison de Farafangana. Cette intervention comprend la réfection des toitures des dortoirs hommes et femmes et la réhabilitation du bloc sanitaire hommes qui permet aux détenus de bénéficier de 5 douches et 5 WC et aux femmes de disposer d’une douche et d’une toilette. Des fosses septiques adaptées ont été mises en place. Une cuisine a été construite avec des fours qui ont l’avantage d’utiliser une très faible consommation de bois avec une cuisson très rapide. Programme Médicap dans les prisons malgaches

En ce qui concerne la prison de Manakara, le financement que nous attendions est arrivé grâce au Docteur Maurice Collin et au Rotary-Club, que nous remercions. Il va permettre de réhabiliter l’ensemble des sanitaires en y ajoutant des vraies fosses septiques, des douches et des bornes fontaine. Le Club Rotary Vovonana de Tananarive effectuera le contrôle des travaux en deux étapes, le suivi des travaux au quotidien sera assuré par un ami ingénieur à Manakara, Jacques Larminat, que nous remercions également.

Nous remercions aussi notre partenaire, l’association Jérémi Rhône-Alpes, dont la mission d’avril dernier, la plus importante depuis sa création, comptait 20 médecins, dentistes et biologistes. Certains d’entre eux se sont rendus à la prison de Tamatave afin de trouver les solutions aux problèmes posés par certaines pathologies.

Nous remercions tout particulièrement le Docteur Pierre Dufayard qui a formé le Docteur Fidolin de MEDICAP aux soins dentaires, notamment aux extractions pour lesquelles un matériel complet a été offert par Aide Médicale et Développement.

Nous constatons avec satisfaction qu’une grande collaboration se met en place avec l’association Jérémi Toamasina dont les médecins et les dentistes viennent à présent, chaque semaine, soigner les détenus de la prison de Tamatave.

Sous l’impulsion de Sœur Jeanne d’Arc, le docteur Fidolin a pris en charge le camp pénal à proximité de Vatomandry où il a pu soigner une soixantaine de personnes, notamment les enfants des détenus qui s’y trouvent. Dans ce camp, il est prévu de créer une école d’alphabétisation réservée aux enfants. Programme Médicap dans les prisons malgaches

La Maison de Sagesse, l’un des partenaires de MEDICAP, nous a dépêché un photographe professionnel, Ludovic Le Couster, pour nous suivre tout au long de la dernière mission effectuée dans trois prisons du sud-est. Les meilleures photographies seront exposées en décembre prochain à la Mairie du 6° arrondissement à Paris.

Le bilan est donc positif, mais il est gravement terni par le constat de plus en plus effroyable dû à l’insuffisance de nourriture. En effet, d’une manière générale, c’est presque toujours la moitié de la ration nécessaire qui manque au quotidien dans l’assiette du détenu.

Par ailleurs, nous ne comprenons pas pourquoi aucune amélioration n’est constatée quant à la lenteur des jugements qui fait que les chiffres restent toujours les mêmes : 70 % de prévenus pour 30 % de condamnés présents dans les prisons.




Assainissement des conditions de détention Action au niveau de la santé


Programme Médicap dans les prisons malgaches
D’une manière générale, les médecins nommés par les médecins inspecteurs effectuent une visite par semaine dans chaque prison, les médicaments étant fournis par MEDICAP. Ce constat est satisfaisant, il permet un suivi et un contrôle efficaces, exercés par le Docteur Fidolin lors de ses passages.

Concernant la prison de Fort-Dauphin, visitée par le Docteur Fidolin tous les 4 mois uniquement, les vacations sont assurées sur place par le Docteur Dominique et payées par MEDICAP

Tuberculose :

Devant la recrudescence de cette pathologie, trois médecins de Jérémi Rhône-Alpes, les pneumologues Bernard Hamm et Yan Martinat et le docteur Patrick Carrere, ont visité la prison de Tamatave lors de leur mission d’avril 2005, en compagnie du docteur Hadj, pneumologue de l’Hôpital.
Ils ont ausculté 54 malades suspectés d’être atteints de tuberculose.

Depuis, Le docteur Haja effectue un suivi du traitement de chaque détenu infecté. Nous remercions ici les trois médecins de Jérémi Rhône-Alpes qui ont financé les radiographies.

Malnutrition :

Prodiguée aux détenus dont le B.M.I. (Body Mass index) est inférieur à 18,5, la distribution des extraits foliaires de luzerne continue, permettant de soigner en partie ce très grave problème.

Les chiffres concernant les malnutris traités sont les suivants :

· Fort-Dauphin : 74
· Farafangana : 99
· Manakara : 48
  · Mananjary : 84
· Vatomandry : 35
· Tamatave : 104

Soit au total 444 détenus représentant 11,94 % de la population carcérale des 6 prisons.

La luzerne, apport quasiment miraculeux, permet de maintenir en survie ces morts en sursis.
Mais une amélioration bien supérieure serait obtenue si la ration alimentaire quotidienne atteignait 500 grammes, ce qui n’est malheureusement jamais le cas.
Nous avons donc, par la force des choses, été dans l’obligation de subvenir à cette carence en achetant fréquemment du riz, des pommes de terre et du maïs, notamment à Mananjary et à Manakara.

Extractions dentaires :

Grâce à la formation suivie et au matériel fourni, le Docteur Fidolin peut maintenant effectuer cet acte dans toutes les prisons dont nous avons la charge.

Un grand progrès est ainsi constaté face au grave problème que représentent les maux de dents au sein de la population carcérale.



réinsertion sociale et professionnelle Assainissement des conditions de détention

Programme Médicap dans les prisons malgaches

Sur les 6 prisons, seule la prison de Manakara attendait d’être réhabilitée au niveau de l’assainissement des sanitaires. Le financement promis est arrivé et les travaux ont déjà commencé. Ils devraient se terminer fin août.

Il restera ensuite à créer des fosses septiques à Tamatave, individualisées à tous les dortoirs qui accueillent environ 150 individus chacun.

Concernant Mananjary, Manakara et Farafangana, un mobilier adapté a pu être fabriqué par les ateliers de menuiserie pour servir dans les lieux qui ont été réhabilités. (Lits pour les pièces accueillant les malades, tables et bancs pour les salles d’alphabétisation et de lecture).




formation professionnelle Réinsertion sociale et professionnelle


Alphabétisation :

Grâce au travail et au suivi du Docteur Fidolin, les cours d’alphabétisation fonctionnent bien.
Les détenus-formateurs sont remplacés au fur et à mesure de leur libération. Chaque formateur (3 à 4 par prison) a en charge une dizaine d’élèves par cours.

Dans les deux nouvelles prisons récemment prises en charge, des cours d’alphabétisation ont d'ores et déjà été mis en place avec les Sœurs de la Sagesse, suivant une méthode qui a maintenant fait ses preuves.

Enseignement dispensé : Programme Médicap dans les prisons malgaches

A Farafangana, les cours du soir d’alphabétisation dispensés aux détenus adultes du jardin pénal fonctionnent chaque jour à partir de 18 h. Les cours donnés le matin aux enfants continuent, bien que l’effectif soit réduit.

Dans le camp pénal proche de Vatomandry, il est prévu la mise en place de cours d’alphabétisation destinés aux adultes ainsi qu’aux enfants des familles des détenus.




Perspectives d'avenir Ateliers de formation professionnelle


Ateliers Femmes :

Programme Médicap dans les prisons malgaches A Mananjary, Manakara, Farafangana, les ateliers de broderie et de vannerie fonctionnent bien, sous la responsabilité des Sœurs et des intervenants sur place que nous finançons.

A Tamatave et à Vatomandry, la couture, la broderie et la vannerie seront bientôt opérationnelles.

Ateliers Hommes :

Forge : L’atelier de Farafangana ayant redémarré depuis peu grâce à la famille de Modeste Gera, nous disposons maintenant, avec ceux de Mananjary et Manakara, de trois ateliers permettant l'apprentissage du métier de la forge.
Cette formation est suivie par trois ou quatre apprentis dans chaque atelier.

Nous sommes satisfaits de constater une production d’une dizaine d’angady (pelles) par mois et par atelier.

Une partie de la production est vendue, assurant ainsi l’autofinancement des ateliers, l’autre partie est donnée aux intervenants pour la culture dans les camps pénaux.

Menuiserie : L’atelier de Manakara continue sous la responsabilité de Sœur Alice, remplaçante de Sœur Vincent, hospitalisée, à qui nous souhaitons un prompt rétablissement.
La formation de quatre apprentis est prioritaire, avec une petite production de mobilier qui sert à équiper les différentes pièces réhabilitées dans chaque prison.

L’atelier de Mananjary a pu être démarré sous la responsabilité de Sœur Lydia, selon le même schéma qu’à Manakara.
Concernant les deux prisons de Tamatave et de Vatomandry, nous pensons créer rapidement des ateliers de menuiserie afin de former des apprentis et assurer la maintenance des locaux existant.

Nous remercions ici Jean-Pierre Pouyet pour l’envoi d’outillage qui sert aux différents ateliers.




effectifs des quatre prisons au 31/07/2004 Perspectives d'avenir et conclusion



Le mérite des progrès constatés revient à nos partenaires en France ainsi qu’à ceux qui agissent sur place. Nous tenons à les remercier globalement et à leur témoigner toute notre reconnaissance.

En effet, les réhabilitations effectuées dans chaque prison que nous avons prise en charge permettent de voir une avancée sensible pour la dignité humaine.

La Santé des détenus, bien qu’elle s’améliore, n’est pas encore celle que nous souhaiterions. Pour l’améliorer encore, il faudrait que chaque détenu puisse bénéficier d’un minimum de 500 g de nourriture au quotidien.

Nous déplorons cette situation de carence alimentaire pour laquelle l’Administration Pénitentiaire est éminemment responsable.

L’accent est donc mis sur la manière d’assurer une quantité suffisante de nourriture afin de pallier au problème n° 1 : LA MALNUTRITION.
Programme Médicap dans les prisons malgaches

L’Administration Pénitentiaire dispose de nombreux camps pénaux avec des milliers d’hectares capables de produire suffisamment pour arriver à cette autosuffisance dont tout le monde parle.

Comment parvenir à mettre en place un programme satisfaisant ?

Sans vouloir nous substituer à l’Administration Pénitentiaire, nous étudions le meilleur moyen pour aider à mettre en place un programme. Le camp pénal de Marofarihy , proche de Manakara, semble idéal pour devenir un site pilote pour Médicap grâce à notre partenaire SOS ENFANTS.

Dans ce cadre, je serai donc en France pendant une période de 6 mois, prévoyant mon retour en mars 2006.

Je tiens à remercier ici une amie de longue date, Christiane Coche, qui va me remplacer pendant cette période.




bas de page Effectifs des six prisons au 30/06/2005



VILLES Répartition des effectifs
à l'intérieur de chaque prison
TOTAUX
  EXT Total
Inter.
Hommes Femmes Mineurs Enfants
Bébés
 
Fort-Dauphin 131 319 284 23 8 4 450
Farafangana 442 318 720 17 19 4 760
Manakara 218 223 386 21 31 3 441
Mananjary 255 213 427 18 23 0 468
Tamatave 226 1031 907 66 48 10 1257
Vatomandry 176 166 310 15 14 3 342

TOTAL

1448 2270 2858 160 143 24 3718




Actions SOS Enfants - le parrainage d'enfants, comment ? SOS ENFANTS

8, rue du Château des Rentiers
75013 - Paris
Tél : 01 45 83 75 56
Fax : 01 45 85 53 60


Association loi 1901 reconnue d'utilité publique

SOS Enfants Aider sans Assister SOS Enfants Parrainages d'enfants SOS Enfants Offrir un avenir aux enfants du monde SOS Enfants pour un développement durable en faveur de l'enfance dans le monde SOS Enfants Parrainages d'enfants SOS Enfants

SOS Enfants est membre de l'association fédérative La Voix de l'Enfant

Coordonnées bancaires : La Banque Postale - La Source
Compte N° 35 838 30 H 033
IBAN : FR04 2004 1010 1235 8383 0H03 397 - BIC : PSSTFRPPSCE

Copyright SOS Enfants

Association humanitaire au service de l'enfance dans le monde Les nouvelles de SOS Enfants Partager sur Face Book Partager sur Twitter Ajputer un favori sur Google