Rapport MEDICAP juin 2006
Gérard Fayette - Fidolin ANDRIANASOLO

action de santé action Médicap dans les prisons malgaches
Les actions entreprises
dans les prisons du Sud-Est de Madagascar
janvier 2006 à juin 2006


Gérard Fayette est de retour, satisfait des nombreux contacts noués ou renoués lors de son séjour en France et fort de l’espoir de pouvoir faire bénéficier MEDICAP de soutiens encore plus nombreux et efficaces. Nous remercions Christiane COCHE de son engagement lors de la mission de remplacement et souhaitons que les projets envisagés pendant cette période prennent rapidement corps.

C’est pendant cet éloignement que l’idée de renforcer l’action de MEDICAP par la création de « Comités de Soutien » aux détenus, constitués essentiellement par les proches des prisonniers, a été élaborée. Nous l’évoquerons ci-après.

Programme Médicap dans les prisons malgaches Notre dernier rapport concluait sur le problème crucial de l’alimentation dans les prisons et sur ses conséquences sur tous les aspects de la vie des détenus. Il semble effectivement que les autorités gouvernementales malgaches en aient vraiment pris conscience, aidées en cela par diverses instances : Union Européenne, CICR, organisations religieuses, grandes et petites ONG. Le problème est loin d’être résolu mais des mesures sont prises. En attendant, la mobilisation autour de ce sujet a permis d’améliorer les rations alimentaires dans certaines prisons, mais pas encore de manière pérenne. Tout en faisant intervenir dans un certain nombre d’établissements le CRS (Catholic Relief Service), les congrégations religieuses continuent à fournir des repas aux plus faibles et aux malades. Qu’elles en soient ici remerciées.

De ce fait on a pu constater une légère amélioration de l’état de santé de certaines populations de détenus, malheureusement pas encore très visible dans les chiffres pour le moment. Néanmoins, certains établissements comme celui de Farafangana ont été particulièrement sensibles à notre aide, comme en témoigne une lettre de remerciements établie par son DIRAP.

La prise de conscience de l’administration pénitentiaire et des autorités gouvernementales a débouché sur le lancement d’un projet pilote visant à fournir aux détenus de Vatomandry une ration de 1800 kcal/jour, par la mise en œuvre de l’augmentation de la production de riz, de manioc, le recours à la pisciculture et l’apiculture. Conduit selon la méthode RRI (Rapid Result Initiative), ce projet devrait voir sa mise en place terminée pour le 10 septembre prochain. Nous y reviendrons dans notre prochain rapport. Programme Médicap dans les prisons malgaches

Les formalités de réception du container en avril 2006 puis la distribution des médicaments fournis à MEDICAP par TULIPE, SOS ENFANTS, ENFANTS D’ICI ET D’AILLEURS, ACTION FITIAVANA, ont été effectués dans les meilleurs délais. Nous leur exprimons toute notre gratitude pour cette contribution vitale à notre action.

Fin 2005, nous rappelions également la situation de surpopulation des prisons, principalement due à la prééminence du nombre de prisonniers prévenus (environ 70 % de la population carcérale) en raison de la lenteur des procédures judiciaires. Un décret portant réorganisation de l’administration pénitentiaire, destiné à remplacer celui en vigueur depuis 1959, a été rédigé par le Ministère de la Justice avec le concours de la Mission de l’Union Européenne. Sa promulgation devrait intervenir dans un délai proche.




réinsertion sociale et professionnelle Création de « Comités de Soutien » aux détenus


Les lignes directrices du projet élaboré reposent sur les constats suivants :

- Les détenus ont besoin en permanence d’être aidés dans de nombreux domaines : moral, physique, administratifs (papiers, copies…), juridiques (avancement de la procédure, délaissement judiciaire, conseils…), localisation (certaines familles ignorent où se trouvent leurs parents détenus…), projets de réinsertion familiale et/ou professionnelle, etc.

- Les familles ou proches venus de toutes part (parfois de très loin) ont besoin d’aide pour trouver les réponses aux problèmes posés par l’incarcération des leurs, qu’ils soient d’ordre judiciaire, administratif voire financier. Programme Médicap dans les prisons malgaches

L’idée est de constituer ces comités en partenariat avec les familles et des personnalités locales bénévoles et compétentes jouissant d’une autorité morale reconnue dans la localité où se trouve l’établissement pénitentiaire.

Le projet, présenté par Gérard Fayette à la réunion du 25 avril dernier du Groupe de Travail sur les Prisons, a reçu l’aval du Ministère de la Justice et il a été décidé de lancer l’expérimentation de ce projet sur deux prisons pilotes : Vatomandry et Mananjary.

Pour mettre ces comités sur pied, MEDICAP a embauché Jean Claude-RAKOTO en qualité de Chargé de Mission. Les premières prises de contact sont en cours.



Assainissement des conditions de détention Action au niveau de la santé


Programme Médicap dans les prisons malgaches La quasi-totalité des prisons prises en charge par MEDICAP ont bénéficié des consultations des Médecins d’Etat nommés par les Médecins Inspecteurs, conformément à la loi. Il semble que nos efforts de sensibilisation dans ce domaine commencent à aboutir partout, exemple à Tamatave.

A Fort-Dauphin, c’est toujours le Docteur DOMINIQUE qui pallie les absences du Médecin de l’Etat trop mobilisé par ses déplacements. Ses vacations sont payées par MEDICAP .

Sida : Nous n’avons pas progressé dans la connaissance des taux de prévalence du VIH dans le milieu carcéral, l’administration pénitentiaire n’ayant pas mis en place une politique de détection particulière pour ces personnes pour le moment.

Tuberculose : Nous constatons une meilleure prise en charge de ces malades, en termes d’isolement, de soins et de régime alimentaire.
Programme Médicap dans les prisons malgaches
Malnutrition : Nous continuons la distribution d'extraits foliaires de luzerne aux détenus malnutris (Body Mass Index inférieur à 18.5), le problème étant, comme nous le rappelons régulièrement que les effets positifs de ces compléments alimentaires ne peuvent jouer que dans la mesure où les détenus concernés bénéficient d’une ration alimentaire journalière de 500 g/jour.

Ci-dessous, par prison, le nombre de détenus sous luzerne :

· Fort-Dauphin : 52
· Farafangana : 104
· Manakara : 55
· Moramanga : 61
    · Mananjary : 39
· Vatomandry : 79
· Tamatave : 109
· Ambatondrazaka : 100

Soit au total 599 détenus représentant 14,03 % de la population carcérale des 8 prisons, chiffres sensiblement supérieurs à ceux de fin décembre 2005.

Extractions dentaires : Les détenus sont très satisfaits des services rendus par cette petite chirurgie.

Au cours des derniers six mois, 721 extractions dentaires ont été effectuées par le Docteur FIDOLIN avec succès et sans complications. Programme Médicap dans les prisons malgaches

Le Docteur ELIA a été formé pour pouvoir intervenir dans les 3 prisons de son secteur mais malgré une enquête approfondie réalisée à Tamatave et à Ambatondrazaka, nous sommes dans l’obligation de constater que le matériel dentaire envoyé par le Docteur Pierre DUFAYARD, d’A.M.D., destiné au Docteur ELIA, a été perdu ou volé lors du déchargement en avril du container de JEREMI.

Nous remercions ici le Docteur Pierre DUFAYARD de nous renvoyer un nouveau matériel afin que le Docteur ELIA puisse pratiquer ces extractions sans faire intervenir le Docteur FIDOLIN.



réinsertion sociale et professionnelle Assainissement des conditions de détention


Programme Médicap dans les prisons malgaches
Des initiatives diverses ont permis d’améliorer sensiblement la situation dans le domaine de l’assainissement dans les prisons. Bien que ces projets ne relèvent pas de l’initiative de MEDICAP, nous les notons car ils sont le signe d’une prise de conscience générale de la nécessité d’améliorer les conditions sanitaires des maisons centrales.

Tamatave : L’aménagement de l’infirmerie a été réalisé par la congrégation des Filles de La Sagesse, sous la conduite de Sœur Jeanne d’Arc : une salle de consultation, une salle d’hospitalisation des malades comportant 4 lits équipés de moustiquaires. La présence d’un nouveau fauteuil dentaire mobile et pliable facilite l’activité de notre dentiste vacataire, le Docteur LEONARD. Des toilettes dans la grande cour sont en cours de réalisation.

Ambatondrazaka : Les douches et les latrines ont été réhabilitées dans le quartier des femmes grâce au concours de l’Administration Pénitentiaire et du C.I.C.R. Une grande fosse d’évacuation reliant aussi bien les toilettes hommes que femmes est en chantier.

Fort-Dauphin : Le Père SANTA, de l’Aumônerie Catholique des Prisons, a fait réaliser différentes améliorations : abris devant la grande salle de cours et devant l’église ; toilettes dans le quartier femmes, mobilier pour l’infirmerie. Un projet de création de nouvelles toilettes pour le quartier hommes est en cours.



formation professionnelle Réinsertion sociale et professionnelle

Programme Médicap dans les prisons malgaches
Alphabétisation :

Ambatondrazaka : Les mineurs suivent des cours dans une salle de classe digne de ce nom : propre, spacieuse et bien nantie (tables, bancs, tableau dans les normes). La formation est assurée par un détenu de niveau terminal. Ils sont tous bénéficiaires (enseignants et élèves) de rations complémentaire, comme les malnutris, pour les motiver. Autres motivations : le fait de pouvoir faire partie de l’équipe de foot, ainsi que de pouvoir assister à des projections de films. Grand merci à Sœur Lucienne qui a réussi à mettre les mineurs dans un dortoir à lits individuels dotés de moustiquaires.

Fort-Dauphin : La salle de cours a été entretenue, le chaulage des murs a été effectué. Une vingtaine d’élèves suit des cours 5 jours par semaine. Le Père SANTA projette aussi des films, une fois par semaine, pour distraire les détenus.

Vatomandry : Deux nouveaux formateurs assurent les cours à l’intérieur de la Maison Centrale. Actuellement il y a deux classes de niveau différent.

Grâce aux formateurs motivés que nous payons lors de nos passages, et dont nous avons augmenté dernièrement la rémunération, l’alphabétisation se déroule bien dans les prisons ; il est envisageable, moyennant moyens, de donner des rations complémentaires aux élèves. Nous remercions la FJKM pour son appui continu et ses apports de nouvelles méthodes à chaque formation. Plusieurs détenus ont agréablement surpris leurs familles respectives par leurs acquis en matière d’instruction en plein milieu carcéral.

Enseignement dispensé aux détenus des camps pénaux:

Farafangana : Le Docteur ELIA s’est occupé de faire remplacer l’enseignant du camp pénal libéré par un nouvel enseignant issu de la prison. L’alphabétisation peut donc continuer.

Vatomandry : Pour raison de route impraticable, nous n’avons pas pu atteindre le camp pénal pour y relancer les cours. Mais ce n’est que partie remise.




Perspectives d'avenir Ateliers de formation professionnelle


Ateliers Femmes :

Les ateliers de broderie et de vannerie de Manakara et Farafangana, placés sous la responsabilité des Sœurs, ont une activité régulière. Les femmes détenues sont demandeuses de ce type d’activité et nous continuons à rétribuer les intervenants et à participer à l’achat des fournitures.

Sur l’initiative de Sœur Simone, un petit atelier pour les femmes a été construit et équipé à Mananjary. Sauf difficultés ou besoins particuliers, l’atelier fonctionne financièrement de manière autonome pour le moment.

Ateliers Hommes :

Forge : Tous les ateliers de forge des prisons qui en ont été dotées fonctionnent bien. A Farafangana, les élèves demandent une amélioration des pécules qui leur sont accordés.

Menuiserie : A Mananjary, sur la demande de Sœur Lydia, nous envisageons de financer la formation du formateur dans un centre spécialisé pour améliorer le niveau de la production de l’atelier.

A Manakara, l’activité a redémarré au printemps, sous la supervision de Sœur Vincent qui fait produire aux élèves des objets simples de première utilité pour leurs dortoirs (penderies, bancs, tables).

Néanmoins, toutes les prisons dont nous avons la charge n’ont pas d’ateliers en nombre suffisant, surtput à Moramanga, Ambatodrazaka et Vatomandry. Nous allons œuvrer dans les prochains mois à les créer, notamment à Vatomandry où, à la demande des détenus, nous réfléchissons à la création d’un atelier de fabrique de fatapera (four de cuisson en terre cuite), article de ménage dont la ville semble manquer.




effectifs des quatre prisons au 31/07/2004 Perspectives d'avenir et conclusion

Programme Médicap dans les prisons malgaches Nous notons un certain nombre de facteurs de légère amélioration de la situation (diminution des effectifs, diminution des décès, légère baisse des affections liées à la malnutrition) sans pouvoir néanmoins affirmer qu’il s’agit d’une tendance certaine. Il est sûr que les autorités gouvernementales ont pris conscience de la situation, mais elles sont par ailleurs confrontées à beaucoup d’autres difficultés qui peuvent être considérées comme autant voire plus prioritaires.

Notre objectif reste donc toujours le même : être sur le terrain pour apporter aux détenus l’aide d’ordre médical et sanitaire qui leur font cruellement défaut et mettre en place de nouveaux projets comme ces comités de soutien, si tant est que nos premières démarches confirment la faisabilité et la viabilité d’un tel projet.



bas de page Effectifs des huit prisons au 30/06/2006



VILLES Répartition des effectifs
à l'intérieur de chaque prison
TOTAUX
  EXT Total
Inter.
Hommes Femmes Mineurs Enfants
Bébés
 
Ambatondrazaka 254 559 765 32 13 3 813
Moramanga 48 274 300 8 13 1 322
Fort-Dauphin 106 288 367 16 10 1 394
Farafangana 440 356 772 16 8 0 796
Manakara 167 225 362 10 18 2 392
Mananjary 187 137 309 105 5 0 324
Tamatave 89 878 887 49 28 7 967
Vatomandry 116 143 244 8 7 0 259

TOTAL

1407 2860 4006 149 102 10 4267




Actions SOS Enfants - le parrainage d'enfants, comment ? SOS ENFANTS

8, rue du Château des Rentiers
75013 - Paris
Tél : 01 45 83 75 56
Fax : 01 45 85 53 60


Association loi 1901 reconnue d'utilité publique

SOS Enfants Aider sans Assister SOS Enfants Parrainages d'enfants SOS Enfants Offrir un avenir aux enfants du monde SOS Enfants pour un développement durable en faveur de l'enfance dans le monde SOS Enfants Parrainages d'enfants SOS Enfants

SOS Enfants est membre de l'association fédérative La Voix de l'Enfant

Coordonnées bancaires : La Banque Postale - La Source
Compte N° 35 838 30 H 033
IBAN : FR04 2004 1010 1235 8383 0H03 397 - BIC : PSSTFRPPSCE

Copyright SOS Enfants

Association humanitaire au service de l'enfance dans le monde Les nouvelles de SOS Enfants Partager sur Face Book Partager sur Twitter Ajputer un favori sur Google