Rapport MEDICAP décembre 2004
Gérard Fayette - Fidolin ANDRIANASOLO

action de santé action Médicap dans les prisons malgaches
Les actions entreprises
dans les prisons du Sud-Est de Madagascar
juillet 2004 à décembre 2004



La première grande nouvelle est d’avoir pu trouver le financement du bloc sanitaire de la prison de Mananjary grâce à l’Association AMAR, SOS ENFANTS et le coopérant de l’AFVP, Nicolas Zimmer. Les travaux ont commencé et permettront dès février prochain aux détenus hommes et femmes de bénéficier de douches et de toilettes avec bornes fontaines. Programme Médicap dans les prisons malgaches

En second lieu, un certain nombre de médecins et dentistes de l’association Jeremi Rhône-Alpes que nous remercions ici ont souhaité participer à l’action de Médicap, ce qui nous a permis de prendre en charge deux nouvelles prisons, Tamatave et Vatomandry, dans lesquelles le volet santé, prioritaire pour Médicap, est maintenant assuré.
Ces deux prisons sont aidées par Monique Prévost de l’association A.F.M. à St Etienne et assistées par les Sœurs, Filles de la Sagesse, sur lesquelles repose notre action. Sœur Jeanne d’Arc s’occupe avec bonheur depuis plus de 7 années de ces deux prisons. Soeur Florentine est maintenant son adjointe pour Tamatave et Sœurs Claire et Georgina pour Vatomandry.

Parce que très enclavée, nous avons également pris en charge la prison de Mahanoro de type « Maison de Sûreté » située au sud de Vatomandry où les conditions sont extrêmement difficiles.

Grâce à nos donateurs, notamment TULIPE que nous remercions, nous assurons la fourniture de la majorité des médicaments pour toutes ces prisons. De même, des consultations ont été entreprises par les médecins et dentistes de l’Association Jeremi permettant ainsi une meilleure humanisation dans ces lieux difficiles.

Programme Médicap dans les prisons malgaches

Par ailleurs, nous avons pu vérifier la valeur incontestable de l'apport nutritionnel procuré par les extraits foliaires de luzerne, distribués dans toutes les prisons, en constatant une diminution sensible des décès malgré l’augmentation de l’effectif des détenus maintenant pris en charge. Afin que les effets de ce complément soient satisfaisants, il faut absolument que l’apport soit associé à une quantité suffisante de nourriture (500 grammes par jour de manioc ou de riz). La nouvelle Direction Générale de l’Administration Pénitentiaire a intégré complètement ce paramètre et a compris qu’il fallait développer la culture des camps pénaux dont elle est propriétaire, afin de mettre en autosuffisance l’ensemble de la population carcérale. Nous estimons que les premiers effets de cette action devraient se manifester dans moins d’un an.

Nous remercions encore le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) pour la poursuite de son action de renutrition réalisée il y a quelques mois et qui avait permis de situer très exactement les malnutris grâce au Body Mass Index (B.M.I.) calculé systématiquement par individu. Par ailleurs, le CICR a financé la réhabilitation de la toiture de la prison de Farafangana ce qui va permettre ainsi de récupérer quatre pièces pour l’usage notamment d’une chambre pour les mineurs, d’une infirmerie et de lieux d’isolement pour les contagieux.




Assainissement des conditions de détention Action au niveau de la santé


Programme Médicap dans les prisons malgaches Tout est à présent organisé dans les six prisons pour le dépistage de la malnutrition. Chaque individu est pesé et toisé afin de connaître son B.M.I. Si celui-ci est inférieur à 18,5, il bénéficiera chaque jour des extraits foliaires de luzerne, apport nutritionnel quasiment miraculeux, surtout s’il est associé à un minimum de 500 grammes de nourriture par jour.

Grâce à l’Association pour la Promotion des Extraits Foliaires (APEF) qui nous fournit gratuitement, le stock distribué sur place par les sœurs est suffisant dans chacune des prisons.

D’après nos derniers chiffres, le nombre de malnutris traités est le suivant :

· Fort-Dauphin : 72
· Farafangana : 92
· Manakara : 71
  · Mananjary : 101
· Vatomandry : 31
· Tamatave : 98

Soit au total le nombre de 465 détenus (12,13 % de la population carcérale des 6 prisons). Malgré la crise actuelle, dont la conséquence est une hausse importante des produits de première nécessité (PPN), on essaie d’obtenir pour ces malnutris le minimum quotidien.



réinsertion sociale et professionnelle Assainissement des conditions de détention

Programme Médicap dans les prisons malgaches
Cette action concerne les douches, les latrines et les fosses septiques, ainsi que l'amélioration des dortoirs, au niveau de chacune des quatre prisons.

Les travaux ont commencé à Mananjary et permettront dès février 2005 aux détenus hommes et femmes de bénéficier de douches et de toilettes avec bornes fontaines.




formation professionnelle Réinsertion sociale et professionnelle

Alphabétisation :

Cette formation fonctionne parfaitement dans chacune des prisons où elle a été mise en place. Souvent, 4 enseignants par prison, choisis parmi les détenus, dispensent ces cours.

Enseignement dispensé : Programme Médicap dans les prisons malgaches

Depuis septembre, le docteur Fidolin a pu mettre en place des cours du soir d’alphabétisation en faveur des détenus du camp pénal de Farafangana.
Les cours aux enfants des détenus continuent à être dispensés malgré un effectif réduit.

Support aux enseignements :

Grâce à l’atelier de menuiserie mis en place à Manakara, les salles de lecture sont maintenant équipées de tables et de bancs.




Perspectives d'avenir Ateliers de formation professionnelle


Ateliers Femmes :

Programme Médicap dans les prisons malgaches A Mananjary, Manakara et Farafangana, la responsabilité des ateliers a été confiée aux sœurs que nous finançons pour payer la matière première et le travail des détenues.
La vannerie, et plus particulièrement la fabrication des nattes, est l’activité la plus fréquente, sachant que ces nattes sont données aux hommes détenus les plus faibles.

Ateliers Hommes :

Les ateliers de forge de Mananjary et de Manakara fonctionnent bien, produisant une vingtaine d’angady (pelles) par mois chacun et permettant ainsi maintenant l’autofinancement tout en formant quelques apprentis au métier de la forge.

L’atelier de Farafangana devrait bientôt être réhabilité sous l’impulsion de notre cher Modeste Gera qui se propose de former deux apprentis dans son propre atelier. Ces apprentis pourront devenir plus tard des formateurs dans le cadre de l’atelier réouvert.

D’autre part, l’atelier de menuiserie à la prison de Manakara fonctionne depuis juillet, sous la responsabilité de Sœur Vincent. Il permet la formation de 4 apprentis menuisiers, tout en effectuant une petite production de tables et de bancs qui sont acheminés dans les autres prisons pour servir de supports aux différentes salles améliorées.




effectifs des quatre prisons au 31/07/2004 Perspectives d'avenir et conclusion


Nous constatons qu’avec la prise en charge des deux nouvelles prisons, Tamatave et Vatomandry, sans compter l’effectif de Mahanoro, ce sont près de 4 000 personnes dont Médicap s’occupe maintenant sur le plan de la santé, soit le 1/4 de la population carcérale de Madagascar.

En tout premier lieu, nous tenons à remercier SOS Enfants qui nous a fait connaître l’APEF et les extraits foliaires de luzerne, apport nutritionnel quasiment miraculeux.
Programme Médicap dans les prisons malgaches
Grâce à une action conjuguée, l’assainissement de Mananjary a pu être financé et entrepris pour une meilleure hygiène des détenus. Merci aux acteurs : AMAR, SOS Enfants et Nicolas Zimmer.
Nous espérons que l’assainissement de la prison de Manakara sera réalisé en 2005, grâce à un financement qui nous a été promis.

Nos remerciements vont également aux donateurs, aux associations fédérées ou non, aux médecins français et malgaches, aux bénévoles venus de France, aux congrégations, aux sœurs et aux laïques sur place, tous se dépensant sans compter pour une meilleure humanisation de ces prisons.

La route est encore longue mais il semblerait, grâce à la convergence de tant de bonnes volontés, qu’elle devienne moins ardue au fur et à mesure qu’on avance.




bas de page Effectifs des six prisons au 31/12/2004



VILLES Répartition des effectifs
à l'intérieur de chaque prison
TOTAUX
  EXT Total
Inter.
Hommes Femmes Mineurs Enfants
Bébés
 
Fort-Dauphin 175 329 472 17 11 4 504
Farafangana 569 264 806 10 6 1 823
Manakara 182 233 380 9 24 2 415
Mananjary 232 258 442 23 23 2 490
Tamatave 268 987 1162 46 42 5 1255
Vatomandry 155 191 318 14 12 2 346

TOTAL

1581 2252 3580 119 118 16 3833




Actions SOS Enfants - le parrainage d'enfants, comment ? SOS ENFANTS

8, rue du Château des Rentiers
75013 - Paris
Tél : 01 45 83 75 56
Fax : 01 45 85 53 60


Association loi 1901 reconnue d'utilité publique

SOS Enfants Aider sans Assister SOS Enfants Parrainages d'enfants SOS Enfants Offrir un avenir aux enfants du monde SOS Enfants pour un développement durable en faveur de l'enfance dans le monde SOS Enfants Parrainages d'enfants SOS Enfants

SOS Enfants est membre de l'association fédérative La Voix de l'Enfant

Coordonnées bancaires : La Banque Postale - La Source
Compte N° 35 838 30 H 033
IBAN : FR04 2004 1010 1235 8383 0H03 397 - BIC : PSSTFRPPSCE

Copyright SOS Enfants

Association humanitaire au service de l'enfance dans le monde Les nouvelles de SOS Enfants Partager sur Face Book Partager sur Twitter Ajputer un favori sur Google