Rapport MEDICAP juin 2008
Gérard Fayette - Fidolin ANDRIANASOLO

action de santé action Médicap dans les prisons malgaches
Les actions entreprises
dans les prisons du Sud-Est de Madagascar
janvier 2008 à juin 2008


Programme Médicap dans les prisons malgaches
Plusieurs faits marquants en cette première moitié de 2008 que nous allons évoquer plus loin en détail : La création de MEDICAP Madagascar, la quasi-pérennisation des Comités de Soutien aux Personnes détenues dans neuf maisons centrales, l’aide de la Fondation Mérieux, un problème de médicaments, sans oublier les chapitres concernant la santé, l’alimentation et les effectifs.



réinsertion sociale et professionnelle Création de MEDICAP Madagascar

Deux nécessités nous ont incités à créer cette entité juridique, association loi 1901 de droit malgache :
  • organiser la pérennité des actions menées par Médicap, représentée par Gérard Fayette depuis 10 ans, au sein d’une structure désormais dotée de la personnalité morale conforme à la législation locale. Malheureusement, l’âge nous rattrape petit à petit et un jour ou l’autre définitivement… Une association n’est pas immortelle mais elle abrite en son sein des compétences qui permettent de faire face à un coup du sort.
  • préparer en douceur et sans hâte la transfert des compétences et des responsabilités à la société civile malgache.
    La mission de Médicap ne sera totalement réussie que lorsque les malgaches eux-mêmes se sentiront responsables des problèmes liés à l’incarcération.
Programme Médicap dans les prisons malgaches

Les statuts ont été déposés en mai. La première assemblée s’est tenue et le bureau a élu Gérard Fayette en qualité de Président. Le Docteur Fidolin est recruté en qualité de directeur salarié. Le Trésorier dispose d’un logiciel de comptabilité qui facilitera le contrôle de l’expert comptable.



Perspectives d'avenir Comités de Soutien aux Personnes détenues

Plusieurs facteurs ont contribué à asseoir l’installation et le fonctionnement des CSPD :

Le soutien des autorités pénitentiaires malgaches Programme Médicap dans les prisons malgaches
Le Directeur de l’Administration Pénitentiaire et de l’Education Surveillée a adressé une note de service aux Délégués de Circonscription Pénitentiaire de Toamasina, Antsirabé, Farafangana, Fianarantsoa et Ambatondrazaka leur enjoignant de prendre les mesures nécessaires à la mise en place du système d’alphabétisation, en collaboration avec MEDICAP à travers des CSPD.

Mesures préconisées :
  • Prévoir une salle pour les séances de cours.
  • Mettre à la disposition du CSPD un agent d’accompagnement qui aura pour mission :
    • Recenser les analphabètes ;
    • Suivre quotidiennement l’effectivité des séances de cours ainsi que la maintenance des mobiliers et des matériels utilisés à cet effet ;
    • Adresser des rapports d’activité mensuellement au Chef d’Etablissement qui se charge de les envoyer « in fine ».
La construction de locaux destinés aux activités de réinsertion
SOS Enfants a intégralement pris en charge le financement des travaux suivants :
- MANANJARY, construction d'une salle polyvalente ;
- AMBATONDRAZAKA, construction d'un atelier de Menuiserie ;
- AMBATOLAMPY, construction d'une salle polyvalente.

Allocation d’un budget mensuel à chaque CSPD
Grâce au soutien de SOS ENFANTS, chaque comité reçoit un budget mensuel de fonctionnement dont l’utilisation est essentiellement axée sur la réinsertion sociale via l’alphabétisation (lire, écrire, compter) et les apprentissages (ateliers).

Un suivi mensuel par tableau de bord a été mis en place pour suivre l’utilisation des fonds et les activités de chaque CSPD.



réinsertion sociale et professionnelle Action au niveau de la santé

Projet Mérieux
Programme Médicap dans les prisons malgaches
La FONDATION MERIEUX vient de nous fournir les moyens financiers et matériels de mettre en place des mesures pour prévenir, dépister et traiter les maladies infectieuses telles que paludisme, gale, dermatoses, ascaridioses ou diarrhées. Les sites ciblées pour cette première de MEDICAP sont les trois prisons du sud-est de Madagascar : Mananjary, Manakara et Farafangana. Le tout en partenariat avec l’Administration Pénitentiaire, les Congrégations religieuses ainsi que les CSPD. La prise en charge de la tuberculose est déjà assurée régulièrement et gratuitement par le Ministère de la Santé.

Le projet Mérieux a débuté en mai 2008. C’est un programme de médicalisation initié par MEDICAP, financé et suivi par la FONDATION MERIEUX et faisant intervenir les entités suivantes : les médecins de Médicap, des cellules de santé (Infirmier major + cinq détenus) et un membre des CSPD.

Objectif : ERADICATION DES MALADIES INFECTIEUSES EN MILIEU CARCERAL.

S’agissant d’un projet pilote concernant les trois Maisons Centrales du Sud-Est, une convention de réalisation a été conclue avec le D.C.P. Mr Joachim RANDRIANASOL. Ce projet commence par une sensibilisation régulière des personnes aux règles d’hygiène :
  • aspect préventif : salubrité des locaux et des cours (chaulage et désinsectisation des murs tous les quatre mois, désherbage, débroussaillage et brûlis des ordures, écrans anti-moustiques aux ouvertures, moustiquaires pour les femmes, tout le long de l’année savons pour douches et lessives régulières).
  • aspect dépistage : diagnostic et étiologie grâce au test de détection rapide dénommé « Care Start Malaria ».
  • aspect curatif : apport d’ACT (association de deux antipaludéens Amodiaquine et Artusénate). Une médication est aussi prévue pour lutter contre la gale, les ascaridioses et les diarrhées.
Programme Médicap dans les prisons malgaches Pénurie de médicaments
Pour des raisons humanitaires aisées à comprendre, TULIPE a dû privilégier la Chine en état de demande par rapport à la catastrophe qu’elle a connue concernant les médicaments que nous fournit cette association une à deux fois par an.

Pour pallier ce manque, nous avons fait appel à votre générosité. Merci de vos contributions qui nous permettent d’acheter les médicaments génériques les plus indispensables disponibles à Madagascar.

Néanmoins, cet accident démontre la fragilité de notre système d’approvisionnement et nous devons réfléchir à mettre en place d’autres politiques.



Assainissement des conditions de détention Malnutrition

Inquiétude sur l'évolution de la situation nutritionnelle
Les derniers relevés de BMI laissent apparaître une détérioration de la situation nutritionnelle dans les prisons. Il semble que les rations de base aient diminué et que les apports complémentaires faits par des organisations caritatives comme le CRS soient supprimées.
Programme Médicap dans les prisons malgaches En dépit de nos apports réguliers en extraits foliaires de luzerne, la baisse de la quantité de nourriture à certaines périodes, l’incarcération de nouveaux entrants souffrant déjà de malnutrition, conduisent à l’aggravation de la statistique de la malnutrition (Body Mass Index inférieur ou égal à 18.5). Le pourcentage de malnutris était de 12,27 % en décembre 2007. Il passe à 15,48 % à fin juin 2008.

Ci-dessous, au 30 juin 2008 par prison, le nombre des détenus dont le BMI est égal ou inférieur à 18,5 recevant un complément alimentaire sous forme d’extraits foliaires de luzerne.

PrisonsEffectifBMI %
Ambatolampy
Ambatondrazaka
Farafangana
Fort-Dauphin
Ihosy
Manakara
Mananjary
Moramanga
Tamatave
Vatomandry
237
847
405
324
386
342
392
279
971
190
13
162
66
39
47
72
79
54
122
23
5,49
19,13
16,30
12,04
12,18
21,05
20,15
19,35
12,56
12,11
TOTAL437367715,48


Il semblerait que l’augmentation du nombre de malnutris est due au problème d’un manque d’approvisionnement en manioc pour certaines prisons comme Manakara, Farafangana et Mananjary et d’un manque de bois de cuisson concernant Ambatondrazaka.
Néanmoins, il nous a été indiqué par le Délégué de Circonscription Pénitentiaire que les marchés pour les fournitures de nourriture sont en cours de passation et que ce problème de rations de base devrait être résolu prochainement. Nous notons cependant que les apports complémentaires de nourriture par les organisations caritatives, et en particulier par le CRS (Catholic Relief Service) ont cessé pour des raisons de fin de programme. On espère vivement qu’un nouveau programme puisse être mis en place rapidement pour pallier ce grave problème de la malnutrition.



effectifs des quatre prisons au 31/07/2004 Perspectives d'avenir et conclusion

Programme Médicap dans les prisons malgaches L’année 2008 sera une année capitale pour la confirmation d’une mise en action réussie sur le terrain des Comités de Soutien aux Personnes détenues, notamment dans le domaine de la formation et de la défense des droits des prisonniers.
Le succès de ce projet signifiera que la société civile malgache est en passe de pouvoir prendre elle-même en charge un certain nombre de problèmes, en collaboration logistique et financière avec vous et nous.

Nous ne ralentirons pas nos efforts cependant dans le domaine de la santé, droit fondamental pour tous les humains, même privés de liberté.

Nous continuerons à participer de manière active à tous les projets initiés par le Ministère de la Justice de Madagascar dans le sens d’un progrès de l’Etat de Droit au sein du système carcéral. Et, naturellement, pour toutes ces raisons, nous avons donc encore besoin de votre soutien indéfectible, qu’il soit financier, logistique ou amical.

Toute l’équipe de Médicap vous remercie.




bas de page Effectifs des neuf prisons au 30/06/2008


VILLES Répartition des effectifs
à l'intérieur de chaque prison
TOTAUX
  EXT Total
Inter.
Hommes Femmes Mineurs Condamnés Prévenus Enfants
Bébés **
 
Ambatolampy 46 191 222 9 6 117 120 2 237
Ambatondrazaka 203 644 802 37 8 584 263 6 847
Farafangana 148 257 391 11 3 191 214 1 405
Fort-Dauphin 104 220 309 8 7 103 221 1 324
Ihosy 181 205 359 6 11 190 196 1 386
Manakara 117 225 315 13 14 227 115 2 342
Mananjary 178 214 369 16 7 193 178 1 411
Moramanga 23 256 255 17 7 210 69 3 279
Tamatave 154 817 902 45 24 534 437 5 971
Vatomandry 55 135 186 3 1 137 53 - 254

TOTAL

1209 3164 4110 165 88 2486 1887 25 4373

** Les enfants et les bébés ne sont pas comptabilisés dans le registre des établissements pénitentiaires.

Les effectifs sont pratiquement identiques à ceux de la fin du dernier semestre mais le ratio Prévenus/Total est en augmentation à 43 %, ce qui montre qu’il faut rester vigilant et qu’il faut sensibiliser de nouveau les Commissions Juridiques de chaque Comité de Soutien afin que celles-ci puissent suivre tous les problèmes et avertir le Ministère des disfonctionnements.




Actions SOS Enfants - le parrainage d'enfants, comment ? SOS ENFANTS

8, rue du Château des Rentiers
75013 - Paris
Tél : 01 45 83 75 56
Fax : 01 45 85 53 60


Association loi 1901 reconnue d'utilité publique

SOS Enfants Aider sans Assister SOS Enfants Parrainages d'enfants SOS Enfants Offrir un avenir aux enfants du monde SOS Enfants pour un développement durable en faveur de l'enfance dans le monde SOS Enfants Parrainages d'enfants SOS Enfants

SOS Enfants est membre de l'association fédérative La Voix de l'Enfant

Coordonnées bancaires : La Banque Postale - La Source
Compte N° 35 838 30 H 033
IBAN : FR04 2004 1010 1235 8383 0H03 397 - BIC : PSSTFRPPSCE

Copyright SOS Enfants

Association humanitaire au service de l'enfance dans le monde Les nouvelles de SOS Enfants Partager sur Face Book Partager sur Twitter Ajputer un favori sur Google