Rapport MEDICAP décembre 2008
Gérard Fayette - Fidolin ANDRIANASOLO

action de santé action Médicap dans les prisons malgaches
Les actions entreprises
dans les prisons du Sud-Est de Madagascar
juillet 2008 à décembre 2008


Programme Médicap dans les prisons malgaches
Parmi les faits marquants du deuxième semestre 2008, nous avons choisi de prendre acte de la mise en œuvre à un rythme soutenu, par le Ministère de la Justice Malgache de diverses Initiatives à Résultats Rapides (R.R.I) dans le domaine de l’alimentation, de la santé et du juridique. Ceci va bien dans le sens des efforts que nous déployons et dont nous vous rendons compte aujourd’hui.

L’association MEDICAP MADAGASCAR est devenue une réalité et reprend progressivement les activités de MEDICAP. La première Assemblée Générale devrait se tenir dans la première quinzaine de février 2009.



réinsertion sociale et professionnelle Prise en charge d'une nouvelle prison : Antanimora

Programme Médicap dans les prisons malgaches En fin d’année 2008, la Direction de MEDICAP MADAGASCAR a pris la décision d’étendre son champs d’activité à la prison de la capitale : Antanimora. Ainsi a déjà été fait un état des lieux en septembre 2008 qui a été remis aux instances intéressées. Nos actions pour cette prison devraient démarrer à partir de l’année 2009
Nous relaterons brièvement ici les mesures immédiates que nous avons prises pour préparer ces futures actions :
  • Instauration de la pratique systématique des relevés des BMI (Body Mass Index) ou Indice de Masse Corporelle ;
  • Sensibilisation des détenus classifiés dans les BMI < 18,5 quant aux propriétés bénéfiques des EFL et à la nécessité pour eux d’en prendre quotidiennement ;
  • Prêt d’un ordinateur confié au Docteur Jean-Chrisostome, Médecin-Chef de la prison, pour la gestion des données de BMI notamment ;
  • Livraison de deux sacs de 25 kg d’Extraits Foliaires de Luzerne à la prison ;
  • Demande faite auprès du Ministère de la Justice pour un renforcement de l’effectif des infirmiers, lequel effectif se limite à un infirmier chez les hommes et une infirmière chez les femmes.
Quelques chiffres concernant les effectifs de cette prison en décembre 2008 :

EXT INT Hommes Femmes Mineurs Condamnés Prévenus TOTAL Malnutris
BMI<18,5
%
162 2544 1450 209 47 1380 1362 2706 274 10,05



Perspectives d'avenir Locaux et installations sanitaires

Nouveaux locaux Programme Médicap dans les prisons malgaches
Comme indiqué dans les rapports précédents, il est nécessaire, pour mener les programmes d’activités préparant la réinsertion des détenus, de pouvoir bénéficier de petits locaux dédiés (compte tenu de la surpopulation carcérale, il n’existe pas dans les prisons actuellement de locaux disponibles).

Grâce au concours de SOS ENFANTS, ont pu être construits en 2008 :
  • 2 salles polyvalentes : l'une à Mananjary, l'autre à Ambatolampy.
  • 2 ateliers de menuiserie : l'un à Ambatondrazaka, l'autre à Farafangana.
Par salle polyvalente, nous entendons un local prévu en priorité pour la tenue des cours d’alphabétisation, ceci n’excluant pas les activités de lecture ou de réunion de travail des CSPD. La construction de l’atelier de menuiserie de la Maison Centrale de Farafangana a été réalisée en 3 mois (de septembre à novembre 2008). L’atelier sera opérationnel en Janvier 2009, une fois doté de l’outillage nécessaire par le CSPD.

Installations sanitaires
Parmi les autres actions entreprises, la réhabilitation des lieux d’aisance de la Maison Centrale de Manakara continue de nous tenir en soucis. Programme Médicap dans les prisons malgaches

La nécessaire préservation de la nappe phréatique d’une part, les problèmes techniques de vidange des fosses d’aisance d’autre part (il n’existe pas à Madagascar d’entreprises spécialisées ou équipées de matériels de vidange), le tout couplé à un contexte particulier de mœurs et de coutumes régionales a terriblement compliqué et retardé les travaux.

La vidange de la grande fosse est maintenant terminée. Les travaux devraient se poursuivre et se finaliser dans l’année 2009.



Perspectives d'avenir Comités de Soutien aux Personnes Détenues C.S.P.D.

Implication de l’Administration Pénitentiaire
Programme Médicap dans les prisons malgaches
Le DAPES (Directeur de l’Administration Pénitentiaire et de l’Etude Surveillée) a émis une Note de Service pour désigner dans neuf Maisons Centrales un agent pénitentiaire qui devient l’interlocuteur et le facilitateur de la Commission Réinsertion Sociale du CSPD. Depuis l’application de ladite note vers le mois de mai 2008, le nombre des élèves en alphabétisation a considérablement augmenté.
En effet, l’agent d’accompagnement désigné participe à la prospection et à la sensibilisation des analphabètes. Par ailleurs, cet agent exerce un suivi quant à la tenue effective de toutes les activités de formation, tout autant qu’il assure la maintenance du mobilier et du matériel didactique.
Ceci permettra d’améliorer et de mener à bien toutes les formations (alphabétisation, vannerie, menuiserie, forge) que les CSPD entreprennent sur notre incitation.

Les difficultés des CSPD
On a constaté que le fonctionnement des CSPD est gravement handicapé par l’absence d'un budget permettant de payer les frais de déplacements et de communications. Des solutions sont prises actuellement pour résoudre ce problème.



Perspectives d'avenir Travail des Commissions

Commissions Réinsertion Sociale

Ces Commissions ont été les premières à démarrer et sont à ce jour les plus actives, ce qui s’explique aisément par l’orientation que nous avons instaurée. Programme Médicap dans les prisons malgaches
  • ALPHABETISATION : Cette formation est en bonne voie et devrait être améliorée grâce aux mesures évoquées plus haut.
  • FORGE : Cette activité fonctionne mieux maintenant sur Farafangana, a redémarré sur Mananjary et devrait être réactivée sur Manakara.
  • MENUISERIE : Bonne activité à Tamatave et à Ambatondrazaka, activité faible à Manakara.
  • VANNERIE : Fonctionne bien à Farafangana, Ihosy, Manakara et Mananjary.
Commissions Juridiques
Ces Commissions peuvent faire beaucoup mieux en créant des « tables rondes » au sein de chaque ville où seraient conviés les magistrats et les responsables de la prison.

Commissions Relations Publiques
Laissées en veilleuse jusqu’à présent, ces Commissions demandent à être plus actives par la cratiuon d'une autre « Table ronde », plus étendue que celle des Commissions Juridiques. Y seront invités les décideurs de la ville qui pourront dores et déjà sensibiliser la population.
Nous rappelons ici que ces Commissions ont pour but la pérennisation de chaque Comité qui pourrait s’effectuer grâce à une manifestation annuelle permettant une véritable entrée de fonds.

Commissions de Santé
Le programme de travail de ces Commissions est prêt et devrait être mis en place en 2009 au sein de tous les Comités. Il comporte, outre des activités de visite aux malades, le contrôle de l’usage des carnets de santé et la résolution d’un manque éventuel de médicaments. La Commission de Santé doit collaborer avec les infirmiers, les magasiniers ainsi que les intervenants qui apportent de la nourriture. Par exemple :
  • Avec l’infirmier pour l’hygiène : distribution de savons, chaulage régulier des mûrs, propreté des dortoirs, des toilettes, de la cuisine et de la cour et évacuation des eaux usées.
  • Avec le magasinier pour la nourriture : s’assurer du respect des normes prescrites du minimum quotidien à distribuer (750 grammes).
  • Avec les intervenants qui apportent de la nourriture, leur demander à ce que cette nourriture supplémentaire soit octroyée en priorité aux détenus dont le BMI est critique.
Quelques chiffres
On constate que les ateliers d’alphabétisation touchent en moyenne 16 % de la population carcérale ciblée, toutes prisons confondues.
Programme Médicap dans les prisons malgaches
Les Commissions juridiques quant à elles ont pu obtenir 361 libertés provisoires sur 1 878 dossiers traités (19 %) et 36 Libertés Conditionnelles obtenues sur 137 dossiers (26 %).
Ces résultats sont encourageants mais compte tenu de l’inégalité des résultats obtenus selon les prisons, il convient que nous vérifiions que les dossiers soient déposés à bon escient, avec toute la documentation nécessaire et que nous nous intervenions rapidement en cas de retard manifeste des magistrats.



réinsertion sociale et professionnelle Action au niveau de la santé

Projet Mérieux : Eradication des maladies infectieuses dans trois Maisons Centrales du Sud Est : Mananjary, Manakara et Farafangana.
Programme Médicap dans les prisons malgaches
Dans le cadre de ce projet, nos actions depuis cinq mois portent sur la prévention, le dépistage et le traitement des maladies infectieuses telles que paludisme,dermatose,ascaridiose, diarrhée…
En hygiène de base, distribution d’une moyenne de 3,6 savons par personne par mois et de plus de cent balais par prison. Chaulage des murs deux fois en cinq mois ainsi que désinsectisation par un produit dénommé Nuvan deux fois en cinq mois.

Sous le contrôle de l’infirmier : propreté des locaux et de la cour, ainsi que des personnes détenues elles-mêmes. Douches obligatoires, lessives périodiques, lavage des mains avant la prise des repas. 30 moustiquaires pour les quartiers femmes.
Ces mesures sont nécessaires pour la réussite du projet de lutte contre les maladies infectieuses. Programme Médicap dans les prisons malgaches

Le Paludisme est maintenant bien circonscrit à Mananjary, Manakara et Farafangana grâce à l’utilisation des T.D.R. lors des diagnostics. Il conviendrait donc d’en étendre l’utilisation sur les six autres prisons : Ihosy (123 cas), Ambatolampy (167 cas), Fort-Dauphin (156 cas), Ambatondrazaka (80 cas), Moramanga (68 cas), et Vatomandry (52 cas).

Parasitoses : 511 personnes déparasitées,

Les cas de diarrhées (97 cas) persistent à Mananjary car la population carcérale a un accès à l’eau potable très insuffisant. La carence d’eau potable est due à la vétusté des tuyaux à l’intérieur même de la ville.



Assainissement des conditions de détention Malnutrition

Apport d’ Extraits Foliaires de Luzerne et BMI
Les relevés mensuels des BMI ont permis un suivi rigoureux de l’état nutritionnel des détenus ; ainsi tous ceux présentant des BMI < 18,5 ont pu bénéficier des Extraits Foliaires de Luzerne (EFL).
Programme Médicap dans les prisons malgaches
L’évolution des BMI à Mananjary est inquiétante. Nous procédons en ce moment à une enquête pour savoir pourquoi cette prison est devenue celle qui a le plus mauvais chiffre. Nous pensons que l’absence du Dr Voahangy (problèmes du décès de sa sœur et de la vidange des fosses septiques à Manakara) a eu ses incidences et explique en partie cette situation, mais il existe certainement d’autres raisons que nous cherchons actuellement.

A Vatomandry, c’est à une trentaine de personnes nouvellement incarcérées et déjà en état de malnutrition que l’on doit l’augmentation des cas de BMI <18,5.

Ci-dessous, au 31 décembre 2008 par prison, le nombre des détenus malnutris recevant un complément alimentaire sous forme d’extraits foliaires de luzerne.

PrisonsEffectifBMI<18,5 %
Ambatolampy
Ambatondrazaka
Farafangana
Fort-Dauphin
Ihosy
Manakara
Mananjary
Moramanga
Tamatave
Vatomandry
224
853
384
458
302
322
359
307
959
246
12
72
53
59
27
82
110
68
97
67
5,36
8,44
13,8
12,88
8,94
25,47
30,64
22,15
10,11
27,24
TOTAL441464714,66




effectifs des quatre prisons au 31/07/2004 Perspectives d'avenir et conclusion

Programme Médicap dans les prisons malgaches L’appel à proposition qui sera lancé vers le 25 janvier prochain par l’Union Européenne devrait permettre de continuer et de renforcer les activités des CSPD en place dans tous les domaines, Santé, Alimentation, réinsertion, juridique, relations publiques.
Nous sommes persuadés que c’est grâce à l’implication de la société civile à travers ces CSPD que l’amélioration des conditions de vie des détenus pourra être menée à bien.

En ce qui nous concerne, cet appel permettra, lors d’une assemblée générale de MEDICAP MADAGASCAR sous la Direction du Dr Fidolin ANDRIANASOLO, de proposer ce programme avec un budget adapté.

Nous escomptons la réussite du Projet Mérieux après un an d’application qui devrait permettre l’éradication du paludisme dans les prisons du Sud-Est. Concernant Mananjary, on souhaite que le problème de l’eau puisse être solutionné et qu’à Manakara les sanitaires soient en état de fonctionner afin d’éradiquer les autres maladies infectieuses (Diarrhée, dermatose et ascaridiose).

Nous souhaitons que l’Administration Pénitentiaire continue d’agir pour résoudre rapidement des situations de crise, sachant que ces actions doivent être accompagnées de véritables mesures au fond pour que les progrès soient durables.

Encore un grand merci à vous tous, amis et soutiens de Médicap Madagascar. Nous comptons sur vous pour nous aider à mener à bien notre mission.




bas de page Effectifs des neuf prisons au 31/12/2008


VILLES Répartition des effectifs
à l'intérieur de chaque prison
TOTAUX
  EXT Total
Inter.
Hommes Femmes Mineurs Condamnés Prévenus Enfants
Bébés **
 
Ambatolampy 43 181 213 6 5 114 110 1 224
Ambatondrazaka 149 704 816 28 11 549 304 7 853
Farafangana 117 267 366 10 8 259 125 2 384
Fort-Dauphin 107 351 531 11 16 171 287 2 458
Ihosy 95 237 288 9 5 187 115 1 302
Manakara 93 229 293 12 17 220 102 3 322
Mananjary 105 254 336 13 10 202 157 2 359
Moramanga 18 289 286 13 8 194 113 2 307
Tamatave 147 812 916 32 11 497 462 4 959
Vatomandry 61 185 236 7 3 181 65 - 246

TOTAL

905 3509 4181 139 92 2574 1840 24 4414

** Les enfants et les bébés ne sont pas comptabilisés dans le registre des établissements pénitentiaires.

Le ratio Prévenus/Total est de 41,69 %. On est bien en deçà du pourcentage de 70 % qui prévalait fin 2005.

On peut relever à partir de ce tableau que les prisons qui n’ont pas bénéficié du R.R.I. (Rapid Results Initiative), sous la conduite du Ministère de la Justice, ont encore des chiffres trop élevés pour les prévenus (Fort-Dauphin, Ambatolampy, Tamatave).




Actions SOS Enfants - le parrainage d'enfants, comment ? SOS ENFANTS

8, rue du Château des Rentiers
75013 - Paris
Tél : 01 45 83 75 56
Fax : 01 45 85 53 60


Association loi 1901 reconnue d'utilité publique

SOS Enfants Aider sans Assister SOS Enfants Parrainages d'enfants SOS Enfants Offrir un avenir aux enfants du monde SOS Enfants pour un développement durable en faveur de l'enfance dans le monde SOS Enfants Parrainages d'enfants SOS Enfants

SOS Enfants est membre de l'association fédérative La Voix de l'Enfant

Coordonnées bancaires : La Banque Postale - La Source
Compte N° 35 838 30 H 033
IBAN : FR04 2004 1010 1235 8383 0H03 397 - BIC : PSSTFRPPSCE

Copyright SOS Enfants

Association humanitaire au service de l'enfance dans le monde Les nouvelles de SOS Enfants Partager sur Face Book Partager sur Twitter Ajputer un favori sur Google